Digimon Source Code lancé en Chine

Début de la beta fermée de digimon source code

La sortie de Digimon Source Code en Chine est en bonne voie puisque les développeurs recherchaient il y a peu des testeurs pour une beta fermée, avec des récompenses en jeu à la clé. Nous découvrons ensemble une partie du contenu avec plus de 300 Digimon et du contexte du jeu sur le marché ainsi qu’au sein de la licence nippone.

Un forcing en Chine pour Digimon Source Code

L’anime et manga populaire Digimon nous vient bien évidemment du Japon. Développé cette fois par Bandai Namco Shaghai et Baidu Games, Digimon Source Code constitue la nouvelle itération de cette licence anime qui try-hard la popularité. Il faut dire que Bandai Namco fait franchement du forcing en Chine avec son IP de collection de créatures.

Des sorties successives de jeux Digimon

Loin d’avoir un succès similaire à celui des portages vidéoludiques de Pokémon, Digimon a tenté de s’imposer sur le marché chinois avec Digimon: New Century quelques mois plus tôt. Les joueurs n’ont pas le temps de souffler entre deux sorties de la licence. D’ailleurs, on retrouve également Digimon Super Rumble en Corée, un MMO sur PC datant à peine du mois dernier. C’est ce qui s’appelle une stratégie agressive !

Digimon Source Code test

Contenu du jeu

Comme je vous le disais plus tôt, Digimon Source Code propose 300 Digimon lors du lancement de sa beta fermée en Chine. Aux côtés de ce large panel de créatures, on retrouve parmi les points forts de vente du jeu le mode histoire, le gain de niveau et d’entraînement flexible et le rendu PBR (alerte à l’intox et à l’utilisation de mot-clé de jeu vidéo par des journalistes ou des rédacteurs de communiqués de presse qui ne savent pas exactement de quoi il s’agit)…

Via le mode histoire, les joueurs verront les sept rois démons et chevaliers royaux se battre pour le cristal core. Au fil de leurs expériences et de leurs captures de créatures, les joueurs auront également l’occasion de développer leur propre chemin d’évolution pour personnaliser leur aventure de manière non linéaire. Le combat est lui aussi flexible puisqu’il permet d’affronter des ennemis seul ou en équipe avec des amis.

Alerte aux bêtises sur le PBR !

Pour conclure cette partie contenu et fonctionnalités, j’aimerai revenir rapidement sur le “PBR” qui vous est vendu de gros médias spécialisés comme “une technique qui compte révolutionner les graphismes en jeu vidéo”. Bon, gros scoop, c’est faux. Le Physically Based Rendering (PBR) a été théorisé en 2004 et s’est globalement répandu dans l’industrie du film d’animation vers 2010-2012 puis en jeu vidéo vers 2014-2016 même par de petits studios. En quoi consiste le PBR alors ?

Le PBR est une technique de rendu (le rendu est le processus de calcul de vos graphismes de jeu et notamment des interactions entre la lumière et les objets de l’environnement) qui reprend les propriétés des matériaux du monde réel. Plutôt que de bidouiller vos matériaux de jeu vidéo (par exemple le métal d’une épée) à l’aveuglette ou avec des valeurs aléatoires, vous pouvez désormais saisir sa valeur de réfraction/réflexion de la lumière depuis la valeur du monde réel (merci Google et ses tableaux de propriétés chimiques), par exemple.

TOUTEFOIS, cela change surtout le mode de travail de l’artiste, pas “le niveau de détail” du jeu, comme on peut le lire sur internet. Disons qu’il est plus simple pour un artiste de créer un métal réaliste s’il lui suffit de récupérer les valeurs du monde réel pour avoir une base de travail crédible. En revanche, il peut aussi se servir de cette base “crédible” pour un jeu stylisé ou cartoon ! L’un des premiers exemples de ceci est l’utilisation du PBR sur les cheveux de Raiponce dans le film de Disney ou encore du travail de Pixar sur Monsters University en 2012-2013.

Exemple d'utilisation du PBR sur les cheveux de Raiponce
Exemple de matériau PBR sur les cheveux de Raiponce (Tangled en 2010)

Autant vous dire que pour une technique remontant à 2010 dans les grands studios, on ne peut VRAIMENT pas appeler ça “révolutionnaire” en 2021. Le fait est que le terme PBR est un terme technique peu connu du grand public et peut suffire à berner un joueur qui croit apprendre que Bandai propose une innovation graphique pour son jeu. Pour éviter ce genre de désinformation, j’ai préféré prendre le temps de faire la lumière sur ce terme et j’espère vous avoir aidé à comprendre cet aspect technique du rendu de jeu vidéo !

Je ne sais pas si l’erreur de communication vient de quelqu’un chez Bandai ou d’un site de presse majeur que tous se sont empressés de recopier, mais le côté révolutionnaire de Digimon Source Code par son utilisation du PBR a été reprise sur de nombreux médias spécialisés. Vérifiez toujours ce que vous lisez… Même sur Jeumobi.

Durée de la beta fermée Digimon Source Code et reste du monde

La durée de la beta fermée de Digimon Source Code ainsi que les récompenses in-game qui lui sont associées n’ont pas encore été précisées. De plus, la configuration minimum requise de votre appareil mobile pour pouvoir jouer n’a pas été dévoilée, même si vous pouvez vous inscrire sur le site officiel en indiquant votre OS et numéro de téléphone pour participer au test.

Beta fermée de Digimon Source Code en Chine

Le jeu de Bandai et Baidu Games n’a pas de sortie prévue ailleurs qu’en Chine, où il sera disponible sur Android et iOS. Pour nos contrées d’Europe et d’ailleurs, il faudra se contenter de Digimon Survive, qui accuse déjà un retard de 3 ans… Toutefois, si vous cherchez un gacha mobile à la Pokémon, je vous conseille de laisser sa chance à Nexomon: Extinction qui risquerait de vous convaincre.

Yaya
Yaya Yaya n'aurait jamais dépensé un seul centime en jeu mobile. Du moins, c'est ce que dit la légende.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués avec*.